OTTAWA – Le gouvernement de l’Ontario a beau avoir annoncé la construction de 28 nouvelles écoles à travers la province, dont neuf pour les élèves francophones, le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE) dénonce l’absence de financement pour ses projets.
Pour la première fois en dix ans, le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE) ne recevra pas de financement pour construire de nouveaux établissements sur son territoire. La situation déçoit la direction du Conseil, qui peine à s'expliquer la décision du ministère de l'Éducation de l'Ontario.

Le CECCE rappelle qu'il doit composer avec une augmentation constante de sa population étudiante, qui se chiffre à 22 600 élèves en 2016-2017. Selon le Conseil, cela représente 750 élèves de plus que l'an dernier, une hausse qui justifierait la construction deux nouvelles écoles, par exemp
La ministre de l'Éducation de l'Ontario encourage les conseils public et catholique de l'est de la province à trouver un terrain d'entente pour obtenir de nouvelles écoles. Les deux conseils ont besoin d'écoles secondaires et l'option d'un centre scolaire-communautaire conjoint est considérée.
Le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE) de l'Ontario a envoyé cette semaine une lettre d'information aux parents d'élèves de ses établissements au sujet du phénomène des « clowns terrifiants ». La police d'Ottawa appelle cependant à ne pas céder à la panique.

Le message du CECCE, qui gère 52 écoles et collèges catholiques francophones dans l'Est ontarien et à Ottawa, évoque « des menaces envers certaines écoles secondaires d'Ottawa ».
Le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE) en Ontario priorise l'engagement de chaque élève. Les compétences du 21e siècle qui mènent à des apprentissages en profondeur sont imbriquées dans leur profil de sortie de l'élève. Pour transformer l'expérience d'apprentissage, le CECCE intervient à divers niveaux dont l'aménagement d’espaces et d’environnements visant la création de contextes qui justement faciliteront ce développement des apprentissages en profondeur. Dans cette perspective, cet article nous fait découvrir la nouvelle école secondaire catholique Paul-Desmarais qui, grâ
Le Conseil scolaire du district d'Ottawa-Carleton (OCDSB) a divulgué, mercredi, les noms de dix écoles où la présence de coquerelles a été rapportée, revenant sur une déclaration précédente dans laquelle il faisait état de 15 établissements aux prises avec cet insecte indésirable.
La volonté des jeunes Franco-Ontariens de se faire entendre et d'être porteurs des changements se fait sentir de façon marquée - un phénomène prometteur, se réjouissent des acteurs du milieu.

« Le phénomène intéressant qu'on voit aujourd'hui chez les jeunes c'est leur intégration dans les groupes. Les jeunes étaient vus comme des contestataires et là, ce qu'on voit, ce sont, par exemple, des jeunes qui ont décidé de se joindre à des associations pour amener leurs idées et faire avancer la francophonie. [...] Au lieu de se mettre en marge, ils se mettent en plein dedans », observe Linda Car
Les deux conseils scolaires francophones couvrant le territoire d'Ottawa présentent des résultats aux tests provinciaux supérieurs à la moyenne ontarienne, révèlent...